Adhérer à l’association

Association loi 1901

 Adhérer | Index

Radicalement Digne de PONTOURNY Non au centre expérimental de déradicalisation en milieu habité Evènements

Manisfestation le 11 février

Pour la Fermeture immédiate


Adhérez à

L’association

Le non respect du legs de Gréban De Pontourny

Le legs précise que le lieu doit être destiné à une école, un hôpital ou un lieu de refuge.

Lien >> Plus >>

Faire un don de soutien

Lien >>

Les Djihadistes

Mes voisins

  Depuis septembre,Pontourny a accueilli 6 personnes. C’est par un  hasard de circonstances, que nous avons appris que 3 d’entre elles ne correspondent pas du tout au profil annoncé :


- Un fiché F, bipolaire violent

- Un cas psychiatrique

- Un djihadiste proche de la filière du Bataclan


  On ne se pose même plus la question sur le profil des trois pensionnaires restants.


  Pontourny est devenu depuis septembre un lieu où l’on regroupe des Radicaux Dangereux.

   Un djihadiste présent depuis l’ouverture du centre en  septembre et ce, contre l’avis de la DGSI, cela ne signifie qu’une chose : le ministère avait l’intention depuis le début de faire un centre de déradicalisation accueillant des individus dangereux (si cela avait été un problème de recrutement, ils auraient attendu un peu avant d’ accepter ce type de profil).


La Fable des gentils radicaux volontaires n’a été inventée que pour faire passer la pilule auprès des élus locaux et de la population.


Nous avons alerté ces élus et le maximum de personnes, et aujourd’hui, c’est à contre-cœur que nous disons « on vous l’avait bien dit….. »

Plus >>

Un mensonge d’état

Des volontaires

Sur toute la ligne

Plus >>

Ne répond plus

OSS Pontourny

Extrait du Monde 21 janvier:


Interrogé par Le Monde, le service de presse de la Place Beauvau explique ainsi ne pas pouvoir commenter une procédure judiciaire, une pratique pourtant courante. Visiblement briefé, le directeur du centre de Pontourny – qui compte cinq pensionnaires – affirme qu’il « ne connaît pas » Mustafa S. Un autre fonctionnaire du ministère assure à son tour que Mustafa S. n’a jamais transité par le centre, avant finalement d’admettre : « Oui, d’accord, il y est depuis l’ouverture. »


Si le déni des autorités est difficilement compréhensible,...


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/01/20/djihad-en-syrie-un-des-pensionnaires-du-premier-centre-de-deradicalisation-interpelle_5065723_1653578.html#CXQXhCQqKrLwO307.99

Lien >>